AVRIL/MAI/JUIN

31/03/2020

« C'est moi, c'est bien moi, et vous me reconnaissez maintenant. » Il est un homme, non plus « l'aveugle mendiant ». Il peut alors ouvrir les yeux sur l'Invisible : « Je crois, Seigneur ! »

Retour à la Maison Ce matin, le temps est doux et un air de printemps se lève sur la ville. Les pies bavardent. On les entend bien car de nombreuses voitures ont déserté les rues. Les fenêtres ouvertes, il règne un calme inhabituel en effet nos centres d'intérêts se sont déportés vers l'intérieur, vers la maison. Quelle étrange mutation ! Ce virus nous a renvoyé à nos foyers, nous citadins qui aimons sortir, profiter du printemps naissant, nous voilà consignés à l'intérieur. C'est à cette condition, que nous pouvons sauver des vies. Nous avons le sentiment de devenir les acteurs d'un mauvais film de science-fiction au scénario déprimant et anxiogène. Puis vient l'inquiétude justifiée pour nos proches et nous-mêmes. Nous nous sentons vulnérables et meurtris. Chez beaucoup de nos compatriotes, et peut-être en nous- mêmes, la peur du manque surgit. On pense à soi, à ses réserves, à son congélateur. On panique sans penser aux déséquilibres qu'on peut provoquer. Le retour à la normal ne viendra pas d'un coup de baguette magique alors, en attendant, nous pouvons remonter nos pendules à l'heure de la contingence, à l'heure du moment présent. Nous pouvons profiter de ce temps vide pour faire ce que nous repoussons à longueur de journée : ranger, lire, téléphoner à des proches, les écouter, partager...« et comprendre que dans ces petites choses, il y a notre trésor»(1), et bien sûr étudier la bible, méditer et prier. Il y a de nombreuses ressources sur les médias qui peuvent alimenter notre vie spirituelle. Ce retour à l'intérieur est une chance à saisir, nous qui vivons la plus part du temps à la surface de nous-mêmes. Une chance à saisir pour les parents de faire comprendre à leurs enfants que la vie ne se résume pas au dernier téléphone mobile. Nous pouvons demeurer en communion spirituelle avec ceux qui souffrent autour de nous et à travers le monde. Bien unis à vous dans ces moments difficiles où ne nous ne pouvons pas nous rencontrer et célébrer. Retrouvons nous dans l'essentiel.